Le lycée Saint-François-d’Assise : un vaste terrain de jeu

Le lycée Saint-François-d’Assise : un vaste terrain de jeu

Avec ses 33 000 m2 de superficie pour près de 2000 élèves, le lycée Saint-François-d’Assise de la Roche-sur-Yon compte parmi les établissements les plus importants de Vendée. Une équipe de 6 à 8 agents NIL s’emploie à en assurer la propreté des locaux, en continu depuis la rentrée de septembre. Rencontre avec Thierry Nectoux, responsable travaux nettoyage industriel.

En quoi le lycée Saint-François-d’Assise est-il un chantier hors normes ?

Thierry Nectoux : “Le lycée Saint-François-d’Assise de la Roche-sur-Yon est né du rapprochement de l’ancien lycée général Saint-Joseph et du lycée technologique et professionnel Saint-Louis. Un nouvel établissement flambant neuf a été construit aux Terres Noires qui accueillera près de 2000 élèves des filières générales et professionnelles sur quelque 33 000 m2 de superficie à partir du 11 janvier 2021. C’est, à ma connaissance, le plus grand établissement d’enseignement du département de la Vendée.”

Depuis quand et dans quel contexte intervenez-vous dans cet établissement ?

T.N. : “Suite à un appel d’offre auquel nous avons répondu il y a trois ans maintenant, nous nous sommes vus confier le nettoyage du site après le passage des différents corps de métiers. Notre mission a débuté en septembre 2020, avec pour objectif que les locaux soient prêts pour l’accueil des élèves le 11 janvier 2021. Le nettoyage étant toujours le dernier corps de métier à intervenir, le maitre-mot pour nos équipes est l’adaptabilité ! Nous avons actuellement 6 à 8 agents de propreté sur site, mais la fenêtre de tir pour le nettoyage de fin de chantier envisagé la dernière semaine de 2020 et la première semaine de 2021 nous fera grimper à 15 ou 20 salariés sur site. ”

En quoi consistent les prestations depuis septembre dernier ?

T.N. : “Depuis septembre, nous pouvons intervenir sur des zones qui sont terminées ou sur le point de l’être, comme les ateliers (mécanique auto, mécanique bateau) par exemple. Il faut imaginer l’équivalent de deux salles de sport à chaque fois, mise bout à bout, et il y en a quatre ! Le nettoyage du gros œuvre a d’ores et déjà été réalisé, puis nous avons enchainé sur l’internat, les salles de cours, les laboratoires, le secrétariat, les classes scientifiques… Nous terminerons par les cuisines professionnelles, le réfectoire (immense, lui aussi) et les vitreries.

Le chantier se terminera par le hall principal, qui est le cœur de vie de ce lycée, au centre de l’architecture en étoile. On y trouve une chapelle très originale en forme de dôme, avec des dimensions ici aussi très impressionnantes. Et notre mission est de tout nettoyer : les vitres, les murs intérieurs, les plinthes, les interrupteurs, les portes, les meubles, les équipements sanitaires, les chambres. Chasse à la poussière, aux taches de peinture, aux traces de ciment… nous devons passer absolument partout !

Cette architecture audacieuse vous amène-t-telle à mobiliser des techniques spécifiques ?

T.N : “Le bâtiment est un R+3 et présente de grands murs rideaux (vitres de grande hauteur), qui sont assez techniques à nettoyer. Nous avions envisagé pour cela l’utilisation de nacelles, mais les espaces extérieurs commencent à être aménagés et il n’est pas pensable de faire venir des nacelles de plus de 2 tonnes sur une terre végétale fraichement engazonnée ! Nous prévoyons donc l’utilisation d’échafaudages et de faire intervenir un partenaire cordiste qui assurera le nettoyage de la charpente bois de la chapelle.